Archives de Tag: Mozart

Thème du premier mouvement de la Sonate n°11 KV 331 de Wolfgang Amadeus Mozart (1783)

Cette pièce est extraite du premier mouvement de la sonate n°11 KV 331, Andante Grazioso de Mozart (1783). Il s’agit du thème général du thème et variations.

I. Ecoute

II. Etude sur Partition

Sonate KV 331

III. Schéma Formel

IV. Commentaire Stylistique

Ce thème de nature limpide et mesuré, au caractère calme et élégant, adopte une forme binaire à trois sections : A B A’. La deuxième reprise est plus longue de deux mesures que la première.

La première section (mesure 1 à 8 ) se divise en deux propositions symétriques de 4 mesures où le matériau mélodique de l’antécédent est repris dans le conséquent, il s’agit donc d’une structure périodique itérative.  Dans cette section, l’antécédent est ouvert sur une demi-cadence (mesure 4) et le conséquent est fermé par une cadence parfaite (mesure 8). Nous remarquons également la pédale de dominante dans toute cette première section.

La deuxième section (mesure 9 à 12) repose sur une pédale de tonique et conserve le rythme principal : la sicilienne. Elle se termine par une demi-cadence (mesure 12). De plus, une construction en miroir (I IV IV I) apparait aux mesures 9 et 10.

La troisième section (mesure 13 à 16) réutilise le conséquent de la section 1 mais est modifié à la partie contrastante. Cette section possède une cadence parfaite (mesure 16) qui clôture l’idée contrastante modifiée (b1’’). Nous remarquons deux mesures de coda avec une cadence parfaite (mesure 18). Sans cette coda, cette pièce aurait un équilibre de 8 mesures dans chaque reprise. Le compositeur étend la forme binaire à trois sections.

La mélodie est donc très clairement articulée et subdivisée, ce qui est caractéristique du classicisme viennois. Notons également la notion de lyrisme sur la ligne soprano et la dramatisation du discours lors des cadences tel la demi-cadence (mesure 12), préparée par la quinte diminuée appartenant à la dominante de la tonalité relative (Vème degré de Mi Majeur).

Cette pièce possède des unités appartenant à d’autres caractéristiques du classicisme viennois. Tout d’abord, une polarité tonique/dominante dans l’écriture harmonique. Les trois grandes fonctions (Tonique I, Sous Dominante IV ou ii et Dominante V) sont prédominantes. Il s’agit d’une harmonisation typique Mozartienne. Deuxièmement, cette pièce est construite sur un motif « sicilienne – noire croche » (avec broderie supérieur sur la sicilienne), il s’agit donc d’une unité dans l’écriture rythmique. Enfin, une unité métrique (6/8) et tonale (LA M) avec des pédales de tonique (mesure 9 à 11) et de dominante (mesure 1 à 7 et mesures 13 à 17). Ce thème est un moment stable non modulant.

Cette sonate ne comporte pas d’allegro car cet allegro est remplacé par une série de six variations sur un thème, Andante grazioso, thème tiré d’un lied allemand. Les variations sont écrites de manière virtuose : octaves, croisements de mains, tierces parallèle, arpèges brisées, etc.

Le deuxième mouvement est un Menuetto avec un trio en ré majeur. Le troisième mouvementent est Alla turca, allegretto, un rondeau plus français que turc.